10 mar. 2016

Comment mon voyage s'est transformé en un défi humanitaire ...

La NACIÓN (journal national Argentin, 25/02/16)

UN FRANCAIS  CONSTRUIT DES CUISINIERES SOLAIRES DANS LE NORD
Séduit par l’envie de voyager à travers le monde et de s’ouvrir à la rencontre avec les autres, Pierre Herrouet a laissé sa France natale pour prendre une année sabbatique.  Carte en main, suivant sa curiosité naturelle,  il a marqué ces pays qui feraient partie de son aventure : la Russie, la Mongolie, la Corée du Sud, la Chine, le Japon, le Vietnam, le Cambodge, la Thaïlande, la Nouvelle-Zélande et le Chili. L’Argentine ne figurait pas dans sa liste. Pourtant un changement de programme l’a conduit jusqu’à Salta, où il s’est installé définitivement il y a 12 ans. Il y a fondé une famille et créé une organisation sociale appelée Solar Inti, qui se consacre à la construction de cuisinières solaires et écologiques pour des communautés vulnérables : les familles modestes, les élèves des écoles et les cantines scolaires.

« J’ai abandonné mon travail en France, où j’étais très bien, j’ai vendu la voiture, le frigo, mon lit, des vêtements. J’ai pris le risque, parce que j’ai toujours pensé que plus les personnes et les cultures sont différentes, plus il est intéressant de les découvrir», raconte Pierre, un agronome de 40 ans, dont l’enfance s’est déroulée entre la campagne, la pêche, et le temps passé en famille. « Dans ma jeunesse, j’ai créé des racines solides, et cela m’a beaucoup servi par la suite, parce que quand on voyage, il faut avoir ces fortes racines pour ne pas se perdre, et pour trouver un sens profond à ce que l’on fait. » explique-t-il.

Alors qu’il parcourait le Chili, l’envie le prit d’aller en Argentine pour apprendre à danser le tango. « A Salta, j’ai beaucoup aimé la manière dont on m’a accueilli, et je me suis tout de suite inscrit à des cours de chant choral et de danse. Parce que j’ai appris qu’en tant que touriste, bien sûr on connait les endroits typiques, mais en fait on ne voit rien. Mais si au contraire on commence à s’inscrire à des activités propres à chaque lieu, on découvre réellement ce lieu. »
A Salta, il a croisé la route de la Fondation Siwok , qui se consacre au développement communautaire de peuples originels. Ils lui ont raconté qu’ils étaient à ce moment-là sur un projet de revalorisation de la culture aborigène, et il a voulu les aider. A cette initiative participait aussi Josefina, originaire de Salta, avec laquelle plus tard il allait se marier et fonder une famille.  « Nous avons pu entrer chez les gens, et nous avons vu comment ils cuisinaient, la fumée toxique qu’ils inhalaient, la quantité de suie, et comment ils transportaient 30 kg de bois sur le dos. » se souvient-il.
Pierre se mit alors en contact avec son ex-professeur de physique et il commença à chercher du financement pour fabriquer les dix premières cuisinières solaires pour une communauté « colla » dans la région des Salinas Grandes de Jujuy. Au lieu de les leur donner, ils leur ont donné les matériaux et ils ont organisé des ateliers participatifs pour leur apprendre à les fabriquer.  Cet essai pilote fut un succès, et à la fin de la formation, 80 nouvelles familles se sont présentées avec le même besoin.  C’est à partir de là qu’est née l’organisation sociale Solar Inti qui, au cours de ces huit dernières années ans, a déjà construit plus de 3000 cuisinières solaires sur Salta et Jujuy. En outre, ils ont développé de nouveaux modèles soutenables, comme les cuisinières à bois à basse consommation et le four à pain écologique.
C’est ainsi que Solar Inti aide à améliorer la qualité de vie de ces familles qui vivent dans des zones vulnérables et isolées, et qui n’ont accès ni à l’électricité, ni au gaz naturel ; elle contribue ainsi à faire diminuer les maladies pulmonaires dues à l’inhalation de la fumée produite par la combustion du bois, et participe à l’amélioration de l’économie familiale grâce à la vente de nourriture cuisinée sur ces appareils. « Nous voyons combien les gens sont heureux de voir transformée leur réalité quotidienne. La communauté se renforce grâce à l’atelier, et ils se sentent capables d’entreprendre  d’autres projets. Nous renforçons "les capacités d'Agir" déclare Pierre en souriant.

----------
Traduction Huguette Ploeckl, adhérente à l'association SOLAR INTI.